Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Faire partie du CVL est une belle expérience"

Le Conseil de Vie Lycéenne est l'une des instances lycéennes les plus importantes, et doit porter notre voix et nos projets. Mais avec la pandémie de Covid-19 qui sévit actuellement, comment le CVL s'organise-t-il pour réaliser ses nouveaux projets au sein de l'établissement ? En quoi est-il constamment contraint d'adapter son programme ? De quelle manière ses membres participent-t-ils à la lutte contre le coronavirus ? Comment gèrent-ils la communication autour de leurs projets ? Et plus largement, pourquoi s'investir dans le CVL ? Autant de questions auxquelles Gabrielle et Max ont bien voulu répondre.

Tout d'abord, pouvez-vous vous présenter personnellement ?

Max : Je m'appelle Max, je suis en terminale, j'ai choisi les spécialités physique-chimie, mathématiques et je fais également l'option chinois. Je suis au CVL depuis cette année.

Gabrielle : Je m'appelle Gabrielle, je suis aussi en terminale. J'assiste aux cours de Langues Littératures et Cultures Étrangères, de mathématiques, en plus des options maths expert et euro-anglais. J'ai été pour ma part élue il y a un an au CVL.

Pouvez-vous expliquer ce que représente le CVL pour vous ?

Le CVL est une instance qui sert à améliorer la vie des élèves du lycée, créer des projets pour qu'il y ait une bonne ambiance dans l'établissement. De plus, c'est un groupe qui permet de recueillir les avis de tout le monde, de représenter la voix des lycéens.

Quels étaient vos projets lors des élections ?

Max : Cette année, nous proposions beaucoup de projets tels que le changement de la sonnerie du lycée, le maintien du carnaval au lycée, du bal des terminales, ou la mise à disposition de protections hygiéniques, offertes à celles qui en auraient besoin

Gabrielle : Il y a deux ans, nous avions déjà défendu un projet similaire contre la précarité menstruelle. Aujourd'hui, même si certaines mesures sont compliquées à mettre en place avec le coronavirus, nous allons pouvoir  concrétiser celle-ci au retour des vacances.

Max :  Par exemple, cette année, nous n'avons rien pu faire pour Halloween, contrairement à d'autres années.

Comment choisissez-vous ce que vous allez faire entre vous ? Y a-t-il un vote pour décider ?

Gabrielle : En général, quand nous nous réunissons pour décider de ce que nous allons faire, il n'y a pas vraiment de vote puisque nous sommes globalement d'accord. Il y a une réunion tous les jeudis de 13 heures à 14 heures. Les projets, eux, sont présentés lors d'un conseil d'administration où nous demandons l'autorisation de les réaliser, ainsi que, parfois, les fonds nécessaires à leur réalisation (par exemple, pour produire les pulls du lycée que beaucoup portent).

Max : Il faut dire aussi que cela dépend des projets : certains sont plus faciles que d'autres à mettre en place. Certains ne sont pas faisables au niveau du lycée ; c'est dommage, mais c'est comme ça !

Chacun a-t-il un "rôle" en particulier ?

Gabrielle : Certains d'entre nous ont un rôle prédéfini : Andrea est notre vice-présidente, ce qui implique qu'elle nous coordonne, peut parfois trancher, et rapporter nos décisions à la hiérarchie supérieure. Mais hormis cela, il n'existe aucune hiérarchie entre nous : nous sommes sur un pied d'égalité.

Et au conseil d'Administration ? Avez-vous aussi un rôle à jouer ?

Gabrielle : Au conseil d'administration, nous sommes des représentants d'élèves. Nos voix comptent pour des décisions importantes au lycée. Par exemple, lorsqu'il a fallu décider en novembre si les cours s'effectuaient en demi-groupe ou une semaine sur 2 comme cela se fait maintenant, nous avons eu le droit de nous exprimer.

Comment communiquez-vous avec les lycéens ?

Gabrielle : Nous communiquons avec les lycéens essentiellement via les réseaux sociaux.

Max : Le CVL a un compte Instagram très actif : n'oubliez pas de vous abonner si vous ne voulez rien manquer de son actualité !  https://www.instagram.com/cvl_jeanmonnet/

Gabrielle : Et pour ceux qui n'ont pas les réseaux, nous avons également un espace de publication à l'entrée du lycée, à côté des panneaux d'affichage de l'A.S. et de l'U.N.S.S. Sinon, nous pouvons aussi afficher nos projets sous la TV que vous voyez à l'entrée du lycée. On l'avait fait l'an dernier pour le concours d'éloquence, par exemple, avant que la covid ne passe par là et ne l'annule...

Et comment vous êtes-vous adaptés au confinement et à l'épidémie ?

Max : Ce qui est positif et ce qui nous aide, puisque les niveaux sont confinés une semaine sur deux, c'est qu'on a une proportion assez équivalente de premières et de terminales au sein du CVL, ce qui fait que nous avons toujours des gens au lycée pour faire passer des messages. On échange toutes les semaines, et, si nous avons besoin de tous nous réunir, nous faisons des groupes vocaux en ligne.

Allez-vous proposer de nouvelles mesures contre la propagation de l'épidémie ?

Max : C'est déjà ce que nous avons fait quand nous avons été convoqués au CA, nous avons été amenés à débattre des projets de lutte contre le coronavirus. Mais, pour ces questions-là, on ne décide pas tout seuls : les normes sont nationales.

Gabrielle : Nous n'avons pas plus d'informations que vous sur la situation, nous sommes, comme vous tous, dans l'incertitude.

Le CVL vous procure-t-il des avantages ? Ou au contraire de la pression ?

Gabrielle : Je trouve que faire partie du CVL est une belle expérience, on peut participer à la communauté lycéenne et être utiles aux autres. Je ne me sens pas du tout pressurisée.

Max : Par contre, c'est vrai que cela demande de l'investissement en plus : en une heure de réunion, on ne peut pas traiter de toutes les  questions, donc nous devons fatalement travailler les dossiers chez nous. Mais rien de bien contraignant. Je trouve pour ma part que faire partie du CVL nous apprend à avoir une meilleure aisance à l'oral et à acquérir plus d'autonomie, ce qui est un vrai atout pour plus tard.

Gabrielle : Et puis, au même titre que les délégués ou les éco-volontaires, en plus d'apporter de nouvelles compétences, c'est un plus sur Parcoursup, et dans votre vie d'adulte d'avoir fait partie du CVL.

En conclusion, quels conseils donneriez-vous à ceux qui voudraient soumettre leur candidature l'an prochain ?

Gabrielle : Je dirais tout simplement qu'il faut juste se lancer et ne pas avoir peur. Le CVL sera toujours un plus pour vous, donc si vous avez des idées pour améliorer la vie lycéenne, et si vous êtes motivé(e), n'hésitez pas !

Max : Ce n'est pas comme une tâche lourde, il y a une très bonne ambiance et vous pourrez donner votre avis en étant pris au sérieux, car votre voix comptera vraiment. Donc oui, lancez-vous et n'ayez pas peur, c'est tout ce que nous vous souhaitons !

Merci infiniment à Gabrielle et Max qui ont bien voulu nous donner cette interview.

Nous espérons qu'elle vous aura fourni les clés pour comprendre comment fonctionne le CVL au jour le jour, et qu'elle vous aura peut-être donné l'envie de vous présenter l'an prochain.

Le compte Instagram du CVL est privé : il vous faut envoyer une photo de votre carnet de correspondance pour légitimer votre appartenance au lycée et pouvoir vous inscrire. Abonnez-vous, c'est vraiment très important ! https://www.instagram.com/cvl_jeanmonnet/

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article